lundi 13 octobre 2008

Roc d'Azur Marathon 2008, petit compte rendu de la course.

Pour ma première participation au Roc marathon voici donc mes impressions sur cet évènement considéré comme majeur par beaucoup de Vttistes.
D'entrée je vais couper courts à toute polémique : le parcours du Roc Marathon est grandiose et certainement un des plus beaux et homogènes que j'ai vu. Pourquoi ?

D'abord par sa difficulté : 83 km et 2 700 m de D+ (autant de D-). En fait avec 6 km dans la plaine de Fréjus au départ et encore 6 km à la fin le long de la mer on peut considérer que les 2 700 m tiennent réellement sur 70 km, donc ça grimpe sec et ça descend beaucoup.

De Roc Azur 2008 - Massif Estérel

La descente du Fournel

Par son tracé : Le parcours a été modifié par rapport à 2007, il est moins roulant, de grosses montées sur piste ont été supprimées et il fait cette année la part belle aux mono-traces, aux montées cassantes dans les cailloux et entre les dalles, aux descentes ludiques et techniques mais jamais trop engagées. Bref ce n'est plus un marathon ou il suffit de "casser de la braquasse" sur des pistes en monté pour faire la différence. C'est du vrai VTT.

Par la beauté des paysages : le massif des Maures est absolument superbe

De Roc Azur 2008 - Massif Estérel

La montée de Valdingarde

et les vues sur la mer vous donnent la banane.

De Roc Azur 2008 - Massif Estérel


Voila c'est dit, maintenant ce qui ne va pas :
50 euros d'inscription C'EST DU VOL !!! Pourquoi :

Les 25 derniers KM sont commun avec le Roc Master : C'est vraiment un problème ! Au bout de 55km vous rencontrais des gens qui en sont à 18km d'un parcours de 40km avec des niveaux techniques et physiques très variables. Beaucoup sont à pieds dès que ça descend ou que ça monte. D'autres jouent à fond le chrono sur leurs pauvres petits 40km et n'hésitent pas à pousser et tenter des dépassements impossibles sans respecter les autres.
Je ne vais pas me faire des amis mais la vérité c'est que certains masters sont cools mais la majorité sont des gros blaireaux ! Quand on n'est pas capable de s'aligner sur autre chose que 40km on évite de faire chier les autres ! Et puis on va aussi apprendre à faire du VTT, ça pourrait servir. Bon voila c'est dit !

Donc carton rouge à l'organisation qui ne devrait pas mélanger les parcours et respecter les marathoniens en ne leur envoyant dans les roues des gars qui n'ont pas grand chose à faire sur un VTT. A 50euros l'inscription j'estime que l'on y a droit.

Je passe rapidement sur les ravitos qui sont bien "pauvres" en trucs à manger mais par contre il y a de l'eau à profusion. Le Marathon est une course donc si on veut faire un temps les ravitos on s'en fout un peu du moment que l'on peut refaire le plein du Camel. La dessus pas de soucis.

Je suis parti en 4eme et dernière vague sur 1500 participants. On s'était inscrit début septembre. J'ai eu juste un ou deux bouchons au début et puis après pas de soucis. Je suis content de ma place (894ème en 7h04), j'avais repris le VTT une semaine avant le Roc après 4 semaines d'arrêt ! Comme quoi mon petit entrainement d'avant course a payé ;-) J'aurais pu gagner 30 min en ne faisant pas de pauses photos et sans avoir eu un début de crampe à gérer au 50ème km, ce qui m'a obligé à lever le pieds.
Après coté vélo, un semi-rigide avec du confort arrière est plus adapté qu'un Yéti en 140mm, l'idéal est un bon titane ou un carbon, comme le Scale de Seb qui fait 418ème en 5h49, belle perf.

De Roc Azur 2008 - Massif Estérel


Au final je vous conseille vraiment de faire le marathon au moins une fois, ça vaut le coup. Pour bien en profiter l'idéal selon moi c'est :
- descendre 2 jours avant pour ne pas être cassé par le voyage ;
- reconnaitre le début du parcours la veille pour bien partir ;
- avoir un semi-rigide léger et confortable en 100mm pour grimper vite ;
- prévoir à manger dans le sac pour sauter les ravitos et s'arrêter uniquement une fois pour remettre de l'eau ;
- rester les jours suivants pour rouler dans la région sur d'autres sentiers comme dans l'Estérel. C'est ce que nous avons fait.
Je vous en parlerais demain ;-)
De Roc Azur 2008 - Massif Estérel

8 commentaires:

Anonyme a dit…

J'étais sur le Roc d'azur pour le 54Km dimanche. Mêmes remarques que toi sur la qualité du parcours. Très roulant, rien a voir avec une trans-vercors. Très beau, très bien balisé. Des bénévoles vraiment sympas et attentionnés: Chapeau bas.

Les ravitos ? juste pris de l'eau et j'ai utilisé 4 gels perso.
il manquait juste du sel pour luter contre les crampes car on a beaucoup bu et perdu beaucoup de sels mineraux!!!

Je suis parti en 8ème et dernière vague et ça c'est pas top: beaucoup de gens a pied des vagues précédentes qui bouchonnent. Pourquoi pas un départ en fonction du classement de l'année précédente ?

Gros bémol, les VTTistes sont des "porcs". Sentier jonché d'emballages de produits énergétiques, de gourdes, de chambres à air...etc. Je viens du monde de l'ultra-trail et coté respect de la nature les VTTistes ont encore une grosse marge de progression.

Bravo pour ta course, ce superbe récit et tes magnifiques photos!

Wombatsly a dit…

En effet beaucoup de Vttistes auraient des leçons à prendre auprès des trailers coté respect de la nature. Cependant sur le marathon j'ai trouvé que c'était assez propre. Comme quoi ce n'est pas la même mentalité, dommage.

Concernant la position au départ, tu peux faire valoir ton classement de l'année précédente lors de ton inscription, n'hésite pas à mentionner tes résultats ou participation à d'autres évènements, ça peut aider.

Tu as raison de souligner l'implication sympathique des bénévoles surtout qu'à ma connaissance l'organisation ne leur donne même pas une casquette ou un T-shirt en cadeau ;-(

Anonyme a dit…

Pas beaucoup de tolérances dans tout ça pour les gens qui n'ont pas votre niveau!
Dommage pour des VTTistes qui se disent "cool".

Comme quoi, y'a des cons partout.

Wombatsly a dit…

Le niveau des gens n'est pas en question, c'est leur attitude et le respect des autres qui posent problème. Et ça touche aussi bien les gens avec un bon niveau que ceux plus faibles.

Parmi les gens du Roc Master j'en ai vu manqué de foutre en l'air dans une descente un vttiste plus lent en essayant de le doubler n'importe comment alors qu'ils étaient déjà eux-même en vrac.
Tu me diras on voit cela partout mais la je dois avouer que c'était répétitif.

Un autre point aussi, j'en ai marre d'être tolérant avec les blaireaux, chacun est responsable de ce qu'il fait et c'est trop facile de toujours passer l'éponge. Le respect des autres et de la nature doit être une attitude normale mais visiblement la règle du "je fais aux autres ce que je ne voudrais pas que l'on me fasse" à tendance à être trop souvent appliquée.

Niquo a dit…

Bonjour,

Super ton petit CR du Marathon et des sorties hors Roc effectuées les autres jours. Par contre je suis étonné de ta conclusion en terme de choix de type de vélo pour effectuer un "bon" Roc Marathon. Perso, j'ai fait le Roc Master et la Rando Noire avec mon 575, et je ne regrette absolument pas ce choix. Je ne me vois pas faire la même chose avec mon ARC. Mais il est vrai que je recherche plus le coté plaisir de rouler (modestement je n'ose pas dire : plaisir de piloter) que la performance pure. En clair, même si à pied ça passe plus vite, je préfère essayer de monter en restant sur le vélo à lutter avec l'adhérence et la trajectoire pour arriver en haut d'un raidillon que de monter en courant à coté du vélo.
Sinon as-tu les traces GPS des balades que tu as faites hors Roc? L'année prochaine on imagine se faire une rando en dehors du Roc le dimanche.

A plus, Niquo.

Wombatsly a dit…

Salut Niquo,

Je te rassure j'ai pris un super pied avec le Yéti. Je constate juste que sur ce type de parcours tu peux gagner énormément de temps à la montée si tu as un vélo léger et avec du rendement mais dans tous les cas il faut essayer de tout passer sur le vélo. On est la pour faire du VTT pas de la course à pieds ;-)

Pour les traces GPS, je vais demander à mon pote Marmotte, il a relevé la trace pendant nos sorties. Je vais aussi te scanner un ancien article de Bike parle de l'Estèrel.
A suivre.

Niquo a dit…

Bonsoir,

C'est super sympa ta proposition pour les traces et le scan.

Pour revenir au parcours du Roc, il est vrai que la montée de la Flûte avec mon ARC de 10,2 kg et son Nobby Nic en 1.80 à l'AR m'auraient soulagés. Mais c'est le seul endroit sur la Rando Noire où j'aurais échangé mon 575 contre mon ARC. En juin, dernier lorsque je suis allé au WE Yéti au Pays de Galles organisé par Andrew du site Yetifan, j'ai pu faire une comparaison intéressante. A l'époque je n'avais pas encore mon 575, j'y suis donc allé avec mon ARC. Mais sur place l'importateur anglais avait toute la gamme Yéti 2008 en essai (reprend ton souffle ce n'est pas un rêve ;-)). J'ai donc pris mon ARC pour faire le parcours XC/enduro du bike parc où nous étions, 6km de montées techniques à 75% composées de single avec cailloux, racines devers etc et 6km de descente du même profil. Puis j'ai emprunté un ASR Alu (le 575 dans ma taille était surbooké ;-() pour refaire le parcours. Il n'y avait pas photos l'ARC était largement dépassé malgré la petite portion de montée roulante où j'ai peiné avec l'ASR.

Bon assez philosophé pour ce soir.

A plus, Niquo.

Wombatsly a dit…

Même si je n'ai jamais essayé un ASR je serais tenté d'être de ton avis Niquo. L'ASR semble le compromis idéal entre XC et Enduro et si tu pilotes propre tu peux passer "presque" partout en raid/rando montagne avec ses 100mm.

A te lire l'ARC semble super raide ce qui ne m'étonne pas pour un alu qui se veut rigide. C'est pourquoi dans mon idée de monter un semi-rigide je suis en train de regarder les cadres aciers ou titane. Ils offrent plus de confort et d'amortissement. Après c'est comme toujours une question de budget.

Enregistrer un commentaire

 
Cheap Web Hosting | new york lasik surgery | cpa website design